Le Club

Historique de la ROYALE ALLIANCE SPORTIVE SAINTOISE



Le 23 novembre 1920 à l’initiative des socialistes de la commune un club de football était fondé à Saintes il portait le matricule 120 à l’URBSFA et jouait rue de Tubize en face du puit Ste Renelde près de la brasserie Lafontaine, il avait comme nom l’Union Sportive Saintoise et jouait avec des maillots rouges et cols noirs.

Le 31 août 1933 un deuxième club était crée à l’initiative du cercle catholique il portait des maillots bleus avec cols blancs et avait le matricule 1988 à l’URBSFA, il jouait rue de Rebecq sur la prairie juste avant le berger, il déménageront sur le pré derrière le transporteur Walravens, il portait le nom de : Cercle Saintois.

Le 18 juin 1935 les deux clubs fusionnent et le nom du nouveau club est : ALLIANCE SPORTIVE SAINTOISE avec comme matricule : 1988.

Le président a cette époque était Durant José avec Fortemps Albert président d’honneur et Demulder Frans vice président d’honneur par après il y eut St Moulin -Vandopdenbossche Julien (dit le boere) et Ronsyn.

Le club évolue alors à la chaussée d’Enghien au lieu dit « la croix Carlier » actuellement c’est la société TNC qui occupe ce terrain près du rond point.

Par après le terrain se situera près du château Mussain au bout de la rue de la station juste après le passage a niveau, le propriétaire du terrain étant alors Rigaux.

En 1954 le club arrête et donne sa démission à l’URBSFA, l’absence de football à Saintes durera 4 ans car le 31 juillet 1958 l’ALLIANCE SPORTIVE SAINTOISE refait surface et se réaffilie à l’URBSFA sous le matricule toujours d’actualité 6158 avec les couleurs jaune et bleu, le terrain est alors situé rue de Rebecq sur une propriété de Mademoiselle Demeur, le club aura comme présidents successifs :Vanopdenbossche Julien – Dejonghe Julien – Melis Gustave – Moreau Guy - Pluchart Armand, ce dernier en fonction pour le moment.

L’occupation du terrain de la rue de Rebecq se terminera en 1989 année de la création du nouveau complexe actuel situé rue du Radoux et qui porte le nom de Stade René KIERMEER en souvenir du regretté président du comité des supporters. Le bâtiment a été réalisé sous la législature de Mrs Minne Maurice Bourgmestre et Boom Antoine Echevin des travaux.

Ce sont les ouvriers communaux qui l’ont construit leur chef a l’époque était Mr Deprez Maurice.

Si stade il y a c’est grâce a Mr Eeckhout Daniel qui a été le très efficace lien entre le club et l’Administration Communale.

Grâce également au suivi journalier des travaux par Mrs Kiermeer René et Vanbellinghen Maurice de plus ceux-ci ont réalisés complètement le bar actuel (maçonnerie et boiserie). D’un point de vue financier les comités des supporters et jeunes ont participés dans la construction de la toiture, du chauffage et de l’électricité pour un montant de +/- 1.500.000 frs.

Quelques anecdotes des années 30/40 qui ont été retirées du livre reprenant les rapports des réunions de l’époque.
  • Lors de chaque réunion du mardi un joueur était convoqué pour faire rapport sur le dernier match ensuite le comité faisait l’équipe pour le prochain match.
  • Le comité décidait l’achat d’un ballon et du moyen qui serait utilisé pour le prochain déplacement (vélo - chemin de fer – camion) suivant la distance a parcourir.
  • Si un joueur devait avoir une nouvelle paire de chaussures, il recevait du comité une paire d’un autre joueur qui avait été réparée.
  • Le comité décidait d’appeler le responsable fauchage, s’il n’avait pas été correctement réalisé ce dernier recevait alors une réprimande.
  • Des bâches étaient placées autour du terrain pour que les spectateurs soient obliger de payer une entrée, ceux qui venaient au matin gardaient leurs tickets car il était valable pour l’après midi.
  • Lors d’un changement de local une soumission était lancée aux 25 cafés de Saintes, (actuellement il en reste trois et deux restaurants) le plus offrant était repris comme local.
  • Lors des réunions les responsables tickets et buvette étaient désignés.
  • La grosse rentrée financière provenait des entrées d’une pièce de théâtre jouée une fois par an, cette organisation prenait une année de préparation.
  • Durant la guerre des équipes bruxelloises demandaient pour pouvoir venir jouer à Saintes, comme cela ils repartaient avec des œufs et du beurre, c’est ainsi que Arsène Vaillant est venu plusieurs fois avec son équipe à Saintes. 
Toutes ces anecdotes sont notifiées dans un cahier qui reprend le rapport de chaque réunion ils étaient rédigés par le secrétaire.

Je tiens à remercier Mrs Demay Alain, Vanbellinghen Maurice et Eeckhout Daniel pour les recherches.

Pluchart Armand
Président AS.Saintoise